J’ai fait une évaluation des données du modèle World3 qui prévoit l’effondrement global. Voici ce que j’ai trouvé.

Image for post
Image for post

par Gaya Branderhorst
traduit de l’anglais : https://www.linkedin.com/pulse/i-did-data-check-world-model-forecast-global-collapse-branderhorst/?msgControlName=reply_to_sender&msgConversationId=6663346345367220224&msgOverlay=true&trackingId=&fbclid=IwAR1o-T-pX7xXvhOfnTTupmh2h5KJj3thNOZSXz96e1Fhkld2eqHANEeYWoE

Dans le bestseller “Limits to Growth” (LtG) de 1972, les auteurs (Meadows, Meadows, Randers & Behrens) ont conclu que si l’humanité continuait à rechercher la croissance économique sans tenir compte des coûts environnementaux, la société mondiale connaîtrait au cours du 21e siècle une forte diminution des denrées alimentaires disponibles, des niveaux de vie et, en fin de compte, de la population humaine.

Les auteurs du LtG ont utilisé un modèle de systèmes dynamiques, World3, pour étudier les principales interactions entre les variables mondiales concernant la population, la fécondité, la mortalité, la production industrielle par habitant (p.c.), la nourriture p.c., les services p.c., les ressources non renouvelables et la pollution. World3 est basé sur les travaux de Forrester (par exemple, 1971 ; 1975), à l’époque professeur au MIT et fondateur de la dynamique des systèmes : une approche de modélisation des interactions entre les parties d’un système, qui produisent souvent un comportement non linéaire comme des décalages, des boucles de rétroaction, et une croissance ou un déclin exponentiel.

L’équipe du LtG a généré différents scénarios pour les développements mondiaux avec World3 en variant les hypothèses sur l’innovation et l’adoption des technologies, les quantités de ressources non renouvelables et les priorités sociétales. Certains scénarios se sont soldés par des déclins importants, c’est-à-dire par un effondrement. Dans ce contexte, l’effondrement ne signifie pas que l’humanité cesserait complètement d’exister, mais simplement que les générations suivantes seraient nettement plus mal loties que les précédentes. Tous les scénarios n’ont pas montré de fortes baisses ; l’équipe du LtG a identifié un ensemble d’hypothèses qui ont produit un scénario de “monde stabilisé” (SW) dans lequel l’effondrement a été évité et le bien-être est resté élevé.

Cependant, des comparaisons de données indépendantes effectuées depuis lors ont montré que le monde suivait toujours le scénario du “business as usual” (BAU). Ce scénario BAU a montré un arrêt de l’augmentation jusqu’alors continue des niveaux de bien-être mondial vers l’année 2020 (oui, c’est cette année), et un effondrement vers 2030. La dernière comparaison de données date de 2014. C’est-à-dire jusqu’à ce que je fasse la mienne l’année dernière.

Ce que j’ai fait

Étant donné la perspective peu attrayante d’un effondrement de la société, j’ai décidé de procéder à une comparaison quantitative entre les scénarios de World3 et les données empiriques disponibles en 2019. Cette recherche faisait partie de ma thèse de maîtrise en durabilité à l’université de Harvard, que j’ai finalisée le mois dernier. L’humanité a-t-elle fait mieux ces dernières années, ou suivons-nous toujours le scénario du BAU ?

Quatre scénarios de World3

Les auteurs du LtG ont publié trois livres entre 1972 et 2004, dans chacun desquels ils ont étudié les interactions entre les variables globales du modèle World3. World3 a été mis à jour pour chaque livre, de sorte que les scénarios ont varié légèrement à modérément dans chaque publication. Les précédentes comparaisons de données ont été effectuées sur la version de 1972 de World3. J’ai décidé de travailler avec la dernière version de World3 tirée du livre du LtG publié en 2004 (Meadows, Meadows, & Randers). J’ai choisi quatre scénarios pour comparer les données empiriques : le BAU et le SW susmentionnés, ainsi que le scénario “technologie exhaustive” (CT) et le “business as usual 2” (BAU2). (Appelés également scénarios 1, 2, 6 et 9 dans le livre).

Les quatre scénarios abordent des “histoires” différentes. Le scénario BAU est basé uniquement sur des moyennes historiques sans aucune hypothèse. Comme mentionné, ce scénario “business as usual” se termine par un effondrement (Figure 1 et Figure 2). Dans le scénario SW, l’humanité modifie ses priorités, passant de la consommation matérielle et de la croissance industrielle aux services de santé et d’éducation, ainsi qu’aux technologies de réduction de la pollution et d’utilisation efficace des ressources. Cela évite l’effondrement et laisse à l’humanité les niveaux de bien-être les plus élevés (figure 1 et figure 2).

Le CT représente la croyance du technologue dans la capacité de l’humanité à innover en dehors des contraintes environnementales. Il suppose une innovation technologique sans précédent dans un monde qui, autrement, ne change pas beaucoup ses priorités. Les nouvelles technologies permettent en fait d’éviter un effondrement total. Toutefois, le TC dépeint encore certains déclins (figure 3) parce que les coûts des technologies deviennent si élevés qu’il ne reste pas assez de ressources pour la production agricole et les services de santé et d’éducation.

Le BAU2 suppose que les ressources sont deux fois plus importantes que celles du BAU. Des ressources plus abondantes n’évitent pas un effondrement ; sa cause passe simplement d’une crise de rareté des ressources à une crise de pollution. Avec l’assouplissement de la contrainte sur les ressources, les incitations à innover et/ou à modifier les priorités de la société sont réduites, de sorte que le statu quo dure plus longtemps. Cela crée tellement de pollution que la production agricole et la santé humaine s’effondrent après un certain point de rupture (figure 3). Le BAU2 raconte essentiellement l’histoire de la dégradation des écosystèmes due à la pollution accumulée, notamment par les gaz à effet de serre (c’est-à-dire le changement climatique).

J’ai choisi BAU, BAU2, CT et SW parce qu’ensemble, ils forment un ensemble complet. Les hypothèses qui sous-tendent chaque scénario couvrent une gamme de conditions technologiques, sociales ou de ressources. En outre, la cause du déclin, qui va d’une baisse temporaire à un effondrement de la société, diffère pour chaque scénario.

Données

J’ai recueilli des données pour les indicateurs du monde réel des variables World3 : population, fertilité, mortalité, pollution, production industrielle, alimentation, services, ressources naturelles non renouvelables, bien-être humain et empreinte écologique. Ces données proviennent du monde universitaire, d’agences (non) gouvernementales, d’entités des Nations unies et de la Banque mondiale. Une description complète des sources de données se trouve dans ma thèse sur le site de Harvard.

J’ai tracé les données empiriques ainsi que la variable dans chacun des quatre scénarios réalisés avec la dernière version de World3. Ces tracés ont donné une bonne impression de l’ajustement, mais j’ai également utilisé des mesures statistiques (une erreur quadratique moyenne normalisée, et une combinaison de la différence de valeur et de la différence de taux de changement) pour valider ce que j’ai observé dans les graphiques.

Ce que j’ai trouvé

Les graphiques pour chaque variable peuvent être trouvés dans ma thèse, mais la plupart montrent une image similaire à celle ci-dessous (Figure 4) : un alignement global étroit des données empiriques avec chacun des quatre scénarios, le moins proche de SW et le plus proche de BAU2 et CT.

World3 était plutôt bon

L’alignement proche des données empiriques avec chacun des quatre scénarios témoigne de la précision de World3. Il a fait l’objet de nombreuses critiques à l’époque, la plupart provenant de personnes ayant mal compris le message du livre ou la nouvelle technique de modélisation (c’est-à-dire la modélisation de la dynamique des systèmes). Mais en tant que titulaire d’une licence en économétrie et ayant des années d’expérience professionnelle dans la finance et le conseil stratégique, je ne pourrais pas vous présenter un autre modèle qui ait fait des prévisions aussi précises plusieurs décennies à l’avance.

Rupture avec les recherches précédentes

Comme nous l’avons mentionné, c’est le scénario SW qui a été le moins suivi. Le BAU2 et le CT se sont tous deux alignés le plus près, et le BAU se situe entre les deux. Ainsi, contrairement aux recherches précédentes, le BAU n’est plus le scénario qui a été suivi le plus étroitement.

Je dois noter que pour plusieurs variables, les scénarios ne divergent de manière significative qu’après 2020 (comme c’est le cas dans le graphique ci-dessus, figure 4). C’est particulièrement le cas pour le BAU2 et le CT, c’est pourquoi il n’a pas été possible de les différencier. Il n’est donc pas clair si l’on peut s’attendre à une baisse future du bien-être humain, modérée comme dans le CT, ou forte comme dans le BAU2 (voir figure 5). Les deux scénarios indiquent cependant que la société verra un arrêt de la croissance industrielle, agricole et du bien-être à court et moyen terme.

Nous ne sommes probablement pas sur la voie d’un monde stable

Une mise à jour de cette comparaison dans quelques années pourrait permettre d’identifier un élément spécifique se rapprochant le plus des données empiriques. Sans changements majeurs dans les priorités sociétales, il est peu probable que ce soit le scénario montrant une voie durable ; le scénario SW, dans lequel un déclin du bien-être humain au cours de ce siècle est minimisé (figure 2), est celui qui s’aligne le moins sur les données.

Ce que cela signifie

Le fait que le BAU ne soit pas le scénario le plus proche ne signifie pas que l’on puisse exclure un effondrement de la société. Le scénario qui dépeint les plus petites baisses, le SW, est aussi celui qui s’aligne le moins sur les données empiriques. En outre, l’un des scénarios les mieux adaptés, le BAU2, présente un profil d’effondrement. En revanche, l’autre scénario, CT, ne montre qu’un déclin modéré. Les deux scénarios montrent un ralentissement de la production industrielle et agricole. Les résultats de mes recherches à ce stade indiquent donc que nous pouvons nous attendre à un arrêt de la croissance économique au cours des deux prochaines décennies, que nous considérions cela comme une bonne chose ou non. (En effet, comme le lecteur averti le sait, des économistes et des organisations comme le FMI ont récemment souligné que nous assistons à un “ralentissement synchronisé de la croissance mondiale”). La conclusion la plus forte que l’on puisse tirer de mes recherches est donc que l’humanité est sur la voie de se voir imposer des limites à la croissance plutôt que de choisir consciemment les siennes. Toutefois, les résultats de mes recherches ne permettent pas de savoir si les baisses ultérieures de la production industrielle et agricole entraîneront une forte diminution de la population et du niveau de bien-être.

“Alors… Il y a de fortes chances que tout aille bien ?”

Si vous pensez que l’on peut parier que l’humanité suit le scénario de la CT et que nous n’aurons en gros qu’une baisse temporaire des niveaux de bien-être vers 2050, vous devez savoir que les hypothèses qui sous-tendent la CT sont très optimistes compte tenu des chiffres historiques. Mais j’évite intentionnellement d’entrer ici dans les détails des raisons pour lesquelles je pense que le scénario de la CT est irréaliste, car cela masquerait la question que nous devrions vraiment nous poser : voulons-nous suivre le scénario CT en premier lieu ?

Pourquoi utiliserions-nous nos pouvoirs d’innovation pour inventer des robots pollinisateurs pour remplacer les abeilles, si nous avons également le choix d’inventer des pratiques agricoles qui n’ont pas l’effet secondaire des insecticides ? Pourquoi utiliser des drones pour planter de nouveaux arbres, alors que nous pourrions également restructurer notre économie afin que les forêts existantes ne soient pas coupées et brûlées ? Maintenant que l’humanité a atteint une envergure mondiale et un pouvoir sans précédent pour façonner son destin, les limites de la croissance nous obligent à nous poser la question suivante : qui voulons-nous être et dans quel monde voulons-nous vivre ?

Quel scénario voulons-nous suivre ?

Nous pouvons choisir différentes priorités sociétales pour d’autres raisons que l’effondrement imminent. De plus, la possibilité qu’un effondrement ne se produise pas ne signifie pas que l’humanité ne devrait pas choisir une voie plus durable. Les graphiques du GtL montrent comment la société serait plus stable dans le scénario SW, mais pas à quel point ses citoyens et leur environnement naturel seraient plus prospères. Nous n’avons pas à nous satisfaire du CT comme meilleur scénario.

L’alignement proche des données empiriques et le fait que les scénarios n’ont pas encore beaucoup divergé, forment ensemble un appel à l’action.
Caché derrière le résultat apparemment ambigu de deux scénarios qui s’accordent le mieux et qui sont légèrement plus proches que les deux autres, le message est qu’il n’est pas encore trop tard pour que l’humanité change de cap et modifie la trajectoire des futurs points de données. Nous avons un autre choix. Bien que le SW soit le moins proche, un changement de trajectoire délibéré est encore possible. Cette fenêtre d’opportunité se referme rapidement.

Gaya Branderhorst

Références non liées dans le texte

Forrester, J. W. (1971). World Dynamics. Cambridge, MA: Wright-Allen Press.

Forrester, J. W. (1975). Collected Papers. Waltham, MA: Pegasus Communications.

Meadows, D. H., Meadows, D. L., & Randers, J. (2004). The limits to growth: The 30-year update. White River Junction VT: Chelsea Green Publishing Co.

Meadows, D. H., Meadows, D. L., Randers, J. & Behrens, W. W. (1972). The limits to growth: A report for the Club of Rome’s project on the predicament of mankind. New York: Universe Books

(publié par J-Pierre Dieterlen)

Ce blog n’est pas géré par Jean-Marc Jancovici mais par les bénévoles qui gèrent sa page Facebook

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store